Catégorie : Webmarketing

Comment bien choisir mon prestataire web ? [Vidéo]

Le 28 février 2017, par Jean-Christian Rivet

Régulièrement, des clients ou des personnes de mon entourage qui connaissent mon expertise dans le digital, me demandent : « Comment choisir le bon prestataire, comment ne pas me tromper? »
C’est une situation que beaucoup d’entre nous ont vécu : sélectionner un prestataire, puis s’apercevoir, au fur et à mesure de la mise en place des outils, que finalement les actions ne correspondaient pas vraiment à nos besoins.

Celui qui est sous-dimensionné…

C’est un premier cas de figure : choisir un prestataire dont la structure était un peu trop petite par rapport aux besoins réels et au final, se retrouver avec un prestataire qui n’a pas toute les compétences nécessaires.

Exemple vécu : j’étais en accompagnement de projet dans une entreprise de 400 salariés qui était en train de mettre en place des outils numériques conséquents. En discutant avec le prestataire qu’elle avait choisi pour son blog, je me suis aperçu que la personne en face de nous ne connaissait pas la technologie qu’il y a derrière les blogs, ni la manière de gérer les flux rss ou l’inscription à une lettre d’informations sur le site. Lors de ces échanges, ce prestataire nous a glissé qu’il sous-traitait à un développeur. Conséquence : une gestion de projet plus compliquée car du fait de sa petite structure, cela multipliait le nombre d’intermédiaires.

Ou le trop gros…

Deuxième situation inverse : vous avez une petite structure, et vous souhaitez trouver un prestataire le plus souple possible, qui va s’adapter à votre vitesse. Car ayant des ressources internes limitées, vous irez peut-être plus lentement pour créer les contenus ou pour murir votre besoin. En choisissant une entreprise qui a pignon sur rue, avec de grandes compétences, vous risquez de rencontrer un mode de fonctionnement industrialisé, peu adapté à la taille de votre projet. Pour illustrer cet exemple, imaginez que vous ayez besoin de faire réaliser un meuble en ébénisterie. Pour cela, vous prendrez un ébéniste et vous n’irez pas voir un industriel du meuble. Ça ne veut pas dire que l’industriel ne saura pas le faire mais il est habitué à gérer des projets de plus grande taille !

Quels sont les prestataires dont on peut avoir besoin le plus couramment sur le web ?

Il y a déjà les prestataires qui vont vous aider à mûrir votre projet, surtout si c’est votre entrée dans le numérique. Il y a encore beaucoup d’entreprises, c’est peut-être votre cas, qui ne sont pas présentes sur le web ou les réseaux sociaux. Elles ont donc besoin de se faire accompagner pour élaborer leur stratégie digitale.

Deuxième type de prestataire, c’est celui auquel on pense le plus souvent, cette fameuse « agence web », celle qui va vous faire votre site web. Ne choisissez pas forcément celle qui vous promet un site parfait, privilégiez celle qui réalisera le site le plus adapté à votre projet et à vos objectifs.

Pensez également à bien sélectionner ceux qui vont vous aider dans votre référencement, qui interviennent en amont et pendant la réalisation de votre site, pour vous aider à créer les contenus. Mais ils vont vous accompagner après également dans la conception de vos campagnes e-mailing publicitaires.

Quatrième type d’intervenants, que j’appelle des prestataires de maintenance : une fois que les outils seront mis en place, il faut les faire vivre dans le temps.  Cette quatrième catégorie peut très bien dépendre des trois premières, en continuant à se faire « coacher » par le prestataire qui nous a suivi dans notre stratégie, ou celui qui a mis en place notre web marketing et notre référencement. Vous pouvez aussi  très bien confier à votre agence web la maintenance de notre site ou de notre blog.

En résumé, vous pouvez trouver ces prestataires soit regroupés au sein d’une même agence, soit vous ferez appel à des prestataires différents, parfois extrêmement pointus sur un domaine. Je pense particulièrement à un rédacteur ou à une rédactrice spécialisée web, ou un vidéaste, qui vous accompagnera en clientèle pour faire des interviews ou sur vos évènements.

Attention quand même à ne pas « mettre tous vos œufs dans le même panier », que ce ne soit pas les mêmes personnes gens qui vous aident dans le choix des prestations et dans le conseil puis qui vont vous vendre la prestation ensuite.

Il est très difficile de donner un conseil objectif si l’on sait déjà le type de prestation qu’on veut vendre. Je vois parfois des clients sur certaines plateformes de gestion de sites web qui ne sont pas adaptées à leurs besoins… mais c’était la plateforme sur laquelle l’agence web développait. Si vous vous faites accompagner en stratégie par une agence web ou une agence web marketing, faites bien attention qu’ils vous proposent tous les outils avant de vous conseiller d’en choisir certains.

Les deux phases pour bien choisir un prestataire :

1) Avant le cahier des charges

La première est fondamentale, c’est de bien analyser votre besoin et ensuite de le transformer en cahier des charges.

La tendance est parfois de rentrer trop tôt dans la technique, c’est à dire décider que le site sera en wordpress, qu’il y aura telle ou telle fonctionnalité, l’arborescence, etc… Mais avant cela, vous avez besoin de présenter dans votre cahier des charges l’analyse réelle de votre besoin.

Voici les informations à formaliser : votre positionnement, vos problématiques marché, votre histoire, ce qui différencie vos produits de ceux de vos concurrents. Il faut également identifier quelles sont votre concurrence, vos habitudes en terme de communication, votre relation client.

Donc commencez bien par cette analyse de besoins avant d’élaborer un cahier des charges qui sera fonctionnel et non technique, afin de répondre aux fonctions dont vous avez besoin pour réaliser vos objectifs.

Une fois que vous aurez choisi votre prestataire, qui lui, aura fait des propositions techniques, vous rédigerez avec lui un dossier technique. Là, nous aurons, pour le coup, la liste des catégories d’un blog, le nombre de page, à quoi elles vont ressembler, comment va être organisée la page de contenu, la page d’accueil, etc.

Pour illustrer cette procédure, je m’appuie sur l’exemple de l’architecte. Si vous allez voir un architecte en disant : « j’ai besoin d’une maison », est-ce que vous pensez que l’architecte va tout de suite prendre ses plans et vous dire « alors, si vous voulez une maison, ici il y aura trois chambres, ici il y aura une salle de bain, ici, une cuisine, ici… ». Non, bien sûr !

Il va d’abord vous demander comment vous vivez, si  vous avez  besoin d’un bureau, combien avez-vous d’enfants et leur âge. Est-ce que vous recevez du monde, etc. ? Et au fur et à mesure qu’il va analyser vos besoins, il fera un vrai choix qui correspondra  à votre budget. Donc n’hésitez pas avec les prestataires, à parler de budget. Si vous avez une enveloppe de 3000€ ou 5000€ pour faire un site web, ils répondront à votre besoin, mais de façon beaucoup plus ponctuelle et beaucoup plus fermée. Si par contre, vous avez un budget qui n’est pas vécu comme une dépense mais comme un budget investissement, sur lequel vous avez positionné un R.O.I (Retour sur investissement),  vous aurez bien plus de marge de manœuvre et une gestion de projet différente.

2) Une fois le cahier des charges établi

Vous allez donc sélectionner les prestataires auxquels vous l’envoyez. Lorsque c’est fait, prenez un rendez-vous avec chacune des agences que vous avez contactées, parce que vous avez absolument besoin de leur expliquer des choses qui ne sont pas dans le cahier des charges et qui est la perception de votre projet. N’oubliez pas que vous allez avoir une relation pendant plusieurs mois, voire plusieurs années avec ces prestataires. Donc vous avez besoin absolument de leur faire ressentir qui vous êtes.

Remarques sur le critère de choix budgétaire : c’est bien entendu un élément essentiel ! Certains sont attirés  par le moins cher, ou à l’inverse rejettent des prestations avec un trop faible budget, en se disant que les personnes ne vont peut-être pas être à la hauteur… Une des clés en termes de budget, c’est de bien comprendre ce qu’il y a derrière et demander le détail, notamment le temps prévu pour le pilotage de projet.

Il y a quelques mois, une entreprise fait un appel d’offre. Je compare les offres avec le responsable marketing et l’acheteur de l’entreprise. L’une des offres était 8000€ moins chère que les autres sur un budget de 45000€. L’acheteur a posé une seule question à cette agence :  » Dans votre budget, combien avez-vous prévu de journées de pilotage ? », et l’agence a répondu  » c’est inclus dedans, grosso modo c’est 3 ou 4 jours ».

Réponse de l’acheteur : « 3 ou 4 jours ce n’était pas possible ! Avec la taille de notre entreprise, le nombre de rendez-vous dont vous allez avoir  besoin, si votre proposition n’a pas au moins quinze jours de pilotage de projet sur les huit prochains mois, alors le budget n’ira pas au bout ». Cette situation fut pour moi une vraie leçon, car avec ce type d’annonceur, les interlocuteurs sont très conscient du fait qu’il y aura beaucoup d’allers retours, pour la charte graphique, pour le contenu et que certaines lourdeurs de l’entreprise font qu’ils sont prêts à payer pour avoir un bon service et pas seulement un bon prix.

Une fois le budget validé, mettez-vous en phase avec le prestataire. Rencontrez ses équipes, les opérationnels : graphistes, développeurs, marketeurs, tous les gens qui dans l’agence vont réfléchir à votre projet. Ne sous-estimez pas tout le travail qui va être fait en interne. Donc voyez comment fonctionnent ces personnes-là et essayez de savoir si c’est en phase avec votre culture, avec votre façon de fonctionner, avec vos valeurs.

Un dernier point à vérifier…

Vérifiez bien que les outils et les solutions techniques seront en phase avec ce que vous attendez mais aussi avec votre capacité à les mettre en œuvre. Certains outils sont faciles à maintenir et n’importe lequel de vos collaborateur qui a un peu de notions marketing, techniques, de communication, va être capable de mettre à jour votre site web. Mais il existe d’autres outils difficiles à faire fonctionner car ils font appel à des connaissances techniques spécifiques. Si vous n’en n’avez pas en interne vous risquez d’être bloqué.

Attention aussi aux offres totalement packagées qui proposent des prestations clés en main avec des services de mise à jour votre site web et souvent des engagements sur 3, 4, 5 ans. Méfiez-vous et si vous avez le moindre doute, tapez le nom de l’entreprise dans Google. Vous aurez des groupes ou des forums qui expliquent comment certains se sont fait avoir avec ces plateformes.

Un dernier conseil en conclusion : quand vous choisirez un prestataire, n’hésitez pas à aller faire ce que j’appelle une « enquête de popularité » auprès d’entreprise avec lesquelles il a collaboré. Il arrive que la prestation technique soit réussie mais lorsque vous interrogez les clients, vous découvrez que ça a été un cauchemar en termes de pilotage de projet ! J’ai en tête un client qui, au bout de dix-huit mois, a été obligé de me faire intervenir auprès de l’agence parce qu’ils avaient besoin d’un médiateur…

Il faut donc juste vérifier que cette structure sera  un vrai partenaire pour vous. Qu’ils seront capables de vous faire progresser dans votre transformation digitale, en vous accompagnant si possible sur plusieurs mois, voire plusieurs années. Plus vous vous connaîtrez, plus ce sera efficace pour vous et pour eux. Car, on le sait tous, il n’y a rien de plus confortable et de plus agréable que de travailler en confiance avec des clients fidèles.

 

Article rédigé par Jean-Christian RIVET Entrepreneur dans le Digital et conférencier professionnel

Dirigeant du cabinet NET-STRATEGE

 

 

Le 28 février 2017, par Jean-Christian Rivet dans la catégorie Webmarketing